13ème Foulées Moissonnaise – Le 07/02/2016

with Pas de commentaire

Pour commencer sa saison, Aurélien a décidé de tester sa forme sur quelques trails.

Un petit CR de sa part sur les foulées Moissonnaises :

A force de me faire trainer sur les parcours autour de la vingtaine de kilomètres, cela faisait un moment que je n’avais pas eu l’occasion de me faire un format court, plat de surcroît, le genre de truc à te faire péter les veines sans espérer le moindre répit. Le motif de mon inscription n’était pas lié au format (mais au fait que Sandrine a de la famille sur place chez qui on a pu s’inviter à déjeuner :mrgreen: ), mais je me suis dit que ça serait intéressant.
Ayant un instinct très poussé sur tout ce qui concerne la géologie, je me suis dit que le coin devait être plutôt sablonneux (complètement au pif en fait, mais je ne sais pas pourquoi, j’avais cette conviction), et j’ai donc fait l’impasse sur les gros crampons des Speedcross pour mes Adidas peu cramponnées, considérant qu’entre ça et le vent des derniers jours, le terrain serait plutôt sec.
Ce fut une bonne pioche, car le parcours traversant régulièrement des bois de conifères, le terrain était nickel ! Rien à voir avec le bourbier de l’Hivernale ! Le tout sous une météo plus que clémente, et malgré une petite fraîcheur, ce fut un vrai bonheur de profiter du paysage des crêtes de l’autre côté de la scène, avant d’aller crapahuter dans les bois !
Côté course, après avoir assisté au départ des féminines, nous démarrons. Pour une fois pas mal placé sur la ligne, je prends sur moi pour ne pas aller faire le malin sur les talons de la tête de course. Je laisse les choses gentiment s’étirer sur plusieurs hectomètres, puis me cale dans un rythme soutenu mais tenable, et commence à remonter quelques petits paquets de gars partis trop vite. Je contrôle le rythme : aïe, déjà à 175, les premiers km qui se font à à peine plus de 4’/km… Va falloir lever le pied, ce que je fais plus ou moins volontairement une fois rentré dans Moissons, où nous rattrapons les premières (enfin, dernières) féminines. A partir de là, entre des micro-bouchons et la difficulté à repérer une « vraie » cible à rattraper, le rythme se calme un peu, enfin, pas celui de mon palpitant, mais celui de mes jambes.
Je me trouve alors un bon lièvre avec un maillot « Meulan, Vexin, Seine », qui a l’air de connaître à peu près toutes les participantes que nous remontons, et finit par prendre le relais après un bon km derrière lui. Une fois dépassé, je me rends compte qu’il souffle très fort, ce qui me perturbe un peu dans le suivi de mon propre rythme, mais rien à faire, il se colle à moi, et à chaque fois qu’on rattrape encore 2 ou 3 gus, je sens qu’il est le seul à rester dans mes pas. Tant pis, j’espère secrètement qu’il finira par craquer vu comme il souffle, parce que je sens que je dois encore une fois payer un départ un peu trop rapide et suis incapable d’envoyer plus fort…
Finalement, à l’occasion d’un cafouillage (je ne comprends pas une indication et m’embarque dans le sous bois !), il me passe devant avec un autre gars qu’il trainait dans son sillage. Quelques dizaines de mètres, pas grand chose, mais je n’ai pas l’envie (ni la capacité 😉 ) de trop forcer pour le reprendre.
A partir de là, je joue un peu à l’élastique avec lui, il accélère 3 fois, une fois quand le gars passé avec lui enclenche la seconde à la mi course, puis deux fois pour tenter d’accrocher 2 gars qui nous dépassent dont un limite en sifflotant. A chaque fois je reviens à quelques encablures, mais je commence à avoir très chaud, encore parti trop couvert, et n’arrive pas à conclure.
A environ 2 km de l’arrivée, dans une clairière pleine de bruyère (seule zone humide du parcours), je vire mon coupe vent pourtant léger, ce qui me permet de mieux respirer. On reprend un bout de chemin déjà parcouru en sens inverse à l’aller, j’ai l’impression que « Meulan », toujours 30 m devant, aura du mal à suivre si je l’attaque, mais je décide de patienter encore un peu…
On entre alors dans la base de loisirs, il doit rester 400 m à faire à tout casser, j’entends qu’un gars est en train de faire son effort pour me sauter ! Ah non alors ! Je me lance alors dans un petit sprint final, décroche sans problème le gars qui revenait sur moi, dépasse « Meulan » à l’entrée de la ligne droite finale… et doit vraiment soutenir mon effort jusqu’au dernier mètre pour le garder derrière !
Je passe la ligne, regarde mon chrono : 59’37 ! Sous l’heure, c’était l’objectif que je ne pensais pas atteindre (cela dit, vu que c’était pour 14 km, et qu’en fait on a 13,6, il n’est pas réellement atteint, mais quand même !), donc je suis super content et surpris! Poignée de main sportive avec mon compagnon du jour, quelques minutes pour récupérer du sprint final, et je vais manger un morceau au ravito. « Ah tiens, ils affichent déjà la première page de résultats, je vais regarder en combien ça se gagne, aucun risque que je sois sur cette page, j’attendrai la seconde pour voir ma place ». Et puis finalement si ! 38ème temps, devant toutes les féminines (d’habitude, il y en a toujours quelques unes devant mois) ! 2ème bonne nouvelle de la matinée.
Au bout du compte, un parcours bien agréable malgré le format court et plat, quelques singles ludiques au milieu, c’est un vrai bon plan, qui me donne envie de revenir pour changer des trails moyenne et longue distance ! Avec des copains ou -pines la prochaine fois j’espère !

1 CAILLOT Yannick n°134 77 1 SEM 1 M 00:49:55 3’34 185554 [78] ASCAP PEUGEOT POISSY
38 PEROL Aurélien n°255 82 14 SEM 38 M 00:59:37 4’15 [78] Non Licencié
1 CONGI Kristelle n°015 93 1 SEF 1 F 01:01:50 4’25 [78] ASSPM
211 THOMAS Rudy n°292 78 39 SEM 211 M 01:17:45 5’33 [78] Non Licencié
263 DAVID Michel n°152 42 6 M4M 263 M 01:43:34 7’24 [78] ENTRELACS MOISSON
117 HEMMEN Catherine n°094 57 40 M2F 117 F 01:47:32 7’41 176907 [28] LE SOUFFLE D’ORGERUS

FacebookTwitterGoogle+

La Mesniloise 2015

with Pas de commentaire

Pour l’édition 2015, Antoine et Aurélien se sont alignés ensemble sur cette course.

Classement

12ème Antoine Nicolle / Aurélien Perol – catégorie « A » (les moins de 70 ans)

http://acmlr.fr/index.php

 

Compte rendu de Aurélien : 

Dernière course en VTT de l’année, pour solder la saison pendant laquelle j’aurai le plus rouler je pense.
En duo avec Antoine, on se présente avec à peu près le même objectif : se faire péter les artères pendant une matinée avant un gros objectif la semaine suivante : le Roc Marathon pour Antoine, le Trail du Pont du Gard pour moi. Donc pas de pression de classement, et c’est tant mieux :lol: , mais l’envie de se donner quand même.

Arrivé sur place, je jette un oeil au thermomètre : 5°, du brouillard… au moins, je ne serai pas terrassé par la chaleur, moi qui en ai tant souffert cet été.

Top départ : c’est moi qui fait le start, et je le gère plutôt mal : je cours moins vite que d’autres, et surtout la plupart des concurrents avancent largement le vélo de leur partenaire (jusqu’à la moitié de la distance qu’on devait courir… :evil: ), mais c’est pas grave, ça fera plus de targets à verrouiller pendant le 1er tour… :twisted: Et de fait, le 1er tour se passe à fond de train à dépasser pas mal de gus jusqu’à passer le relais à Antoine.

L’enchainement des premiers tours nous donne assez peu l’occasion de nous caler avec un team pour nous tirer la bourre, Antoine grapillant quelques places tandis que je contrôle plus ou moins dans le tour suivant. La lutte se joue plutôt au sein de chaque tour, par groupe de 2 ou 3. Parfois, je joue le lièvre pour un groupe pendant 90% du parcours, parfois je forme des relais avec un gars pour essayer de revenir sur le groupe qui nous précède, c’est bon esprit.

Vers 11h00, le soleil se lève pour de bon, et on finit par se stabiliser à peu près avec une équipe de Bonnières (dont un ancien de l’AOSMG, Stéphane) avec qui on se tire un peu la bourre sur la parcours et discute pendant les pauses.

Ce que je devine être mon dernier tour arrive vers 11h42. J’ai en tête que les départs s’arrêtent après 12h00. Autrement dit, si je veux qu’Antoine reparte, il ne va pas falloir trainer vu que grosso modo on fait nos tours en un peu moins de 20 min (j’oublie à chaque fois checker le chrono). Je bombe autant que possible avec déjà 5 tours dans les pattes, je passe la ligne : 11h59’49 ! Antoine redémarre, tandis qu’Anabelle venue nous soutenir se marre ! Au final, mes efforts n’ont servi à rien car c’est après le retour du 1er que la course va s’arrêter, mais c’était bien sympa.
Antoine souffre dans son dernier tour, et finit à la queue d’un petit groupe devant lequel Stéphane finit d’une poignée de seconde ! Dommage !
Petite pause photo, séance papotage autour de la paëlla et sous le soleil, bref, une belle conclusion à cette matinée, avant que le tandem ne se sépare.

Je n’ai pas encore le général, mais on finit 12/18 en catégorie « A », les moins de 70 ans. Ca peut sembler très médiocre, mais c’était encore une fois très très relevé. Pour vous donner un ordre d’idée, le tandem Yann Fromont (champion de France UFOLEP 2015)/ Nicolas Vauchelles (qui n’est pas un guignol non plus) finit 3ème…

 

 

Photos à venir….

FacebookTwitterGoogle+

La revancharde 2015

with Pas de commentaire

Après une saison sur route, David revient sur le circuit VTT en prévision sa première saison chez les Vétérans B.

Classement

6 David Le Hech’ (Senior B)
http://www.velotoutterrain-tour.com/wp- … _final.pdf

Compte-rendu de David :

Pendant l’appel des dossards prioritaires en fonction du général,
je discute avec Loïc, convalescent, qui fait parti des signaleurs du club organisateur.
Je suis donc positionné parmi les derniers, çà « te fera une excuse » me dit-il.
PAN, c’est parti (pour les premiers), j’essaye de me faufiler, et je descend toute les dents en remontant là ou je peux, souvent dans le faussé.
A l’issus de la start loop je dois être 15 ème, pas mal.
Un tour plus tard 12 ème.
Un tour plus tard 9 ème.
Je vois au loin 2 gars (Grossetete Olivier (TAC) et François F.), doucement je reviens sur eux, reste 2 minutes dans leur roue et j’accélère… seul Olivier suit.
Il négocie mieux la bosse remplie de glaise, s’échappe et creuse un gros trou. Je ne le vois plus.
Je finirai par le revoir au pied de la même bosse… il a l’air cuit, je le double en courant.
Je fini donc 7 éme au scratch, 6 éme sénior,plutôt content.

Circuit vraiment sympa, çà tournicote dans tous les sens… seulement deux parties roulantes de 500 mètres. Bravo le VCESQY

C’était la dernière chez les Séniors, l’année prochaine Vétérans.

 

 

http://www.velotoutterrain-tour.com/pho … ery/page/4

FacebookTwitterGoogle+

Sortie d’accueil et de découverte 2015

with Pas de commentaire

Le club de POISSY VTT propose à tous les mordus de vtt une sortie découverte de ses activités le samedi 19 septembre 2015 à partir de 9h00 au départ de la mairie de Poissy.

Que vous soyez passés au forum des associations ou pas, cette sortie est pour vous ami(e)s cyclistes de 15 à 95 ans

au programme, une boucle vtt de découverte (1h30) suivie pour les plus mordus d’un circuit plus rythmé (1h30)

prévoyez:
– un vélo en parfait état de marche (valable aussi pour les Poissy boys!)
– des jambes en parfait état de marche (valable aussi pour les Poissy Boys!)
– un casque
– un bidon bien rempli (eau, produit type Isostar)
– de quoi éviter la fringale (barre de céréales, pâte de fruits, dosettes, EPO, corticoïdes…)
– un petit kit de réparation rapide (chambre à air, multi-outil, maillon de chaine)
– une bonne dose de bonne humeur

merci à tous

FacebookTwitterGoogle+

Granit Montana – 14/06/2015

with Pas de commentaire

11403389_955778371140939_7760279055407781233_nAlors que 5 Poissy Boys s’étaient donné rendez-vous à Issou pour une randonnée de 60kms (je ne m’étendrai pas dessus …), Jean-Marc et Mary sont partis fouler les terres limousines de la Granit Montana.

Voici le compte rendu complet, comme d’habitude, de Jean-Marc alias Pedalator :

 

Petit retour de notre week-end en Limousin, dans les Monts d’Ambazac, pour la traditionnelle Granit’Montana Ultime sur laquelle je me suis rendu avec Mary.
Suite aux accidents de Mary et les petits bobos en cours, nous n’avions pas prévu de faire cette année la GMU, donc pas effectué d’entraînements spécifiques pour l’affronter, en dehors d’avoir bouffé du D+ et un peu de kilomètres depuis le début d’année, et c’est moins de 15j avant que nous nous sommes inscrits.
La météo du w.e. ne s’annonçait pas très sèche dans le sud-ouest, tendance orageuse, mais finalement on aura évité le pire localement. Juste des averses vendredi – le terrain était alors sec – et un peu dans la nuit de Samedi, rendant le terrain souple; bon point pour certaines descentes où on retrouve du grip alors que ça dérape trop si trop sec, par contre beaucoup plus énergivore dans la tourbe humide et piégeux sur les racines en sous-bois.
Samedi soir, dîner à la bonne adresse habituelle avec le khs91’Team,Frederic Ischard se joint à nous avec 2 potes; je lui ai conseillé la chaumière gastro.
Le jour J, ciel gris et quelques passages de crachins épisodiques et sporadiques à peine ressentis sous l’épais couvert de feuillages sous lequel nous étions quasi tout-le temps. A l’arrière de la course certains ont ramassé quelques averses plus conséquentes, et une bonne pour les derniers arrivés vers 18h40 (10h de courses !)
Nouveau départ cette année à l’étang de Jonas, pour éviter les accidents dans la 1ère descente comme l’an dernier (il y a eu quand même des pinpons ce dimanche ; clavicule, côtes…)
Je suis partis cool, mais sans traîner, comme d’hab, me prenant tout de même trop au jeu de la course et surtout pour me retrouver rapidement aux avant-postes pour passer les non-aguerris-au-technique (3 très beaux vol planés devant moi cette année, sans dégât), en début de parcours les racines étaient encore un peu glissante, j’ai manqué par 2 fois de m’étaler. La succession de bosses et de passages parfois bien techniques, bonifié par l’humidité, va rapidement créer des écarts conséquents, à 30km je suis 33ème. Ensuite je vais me calmer un peu, puis me cogner la pédale dans le mollet; pas très fort, mais suffisant pour me pourrir la suite : impossible de me mettre debout normalement sur la pédale, je dois mettre le pied de travers et c’est pas vraiment top.
Le parcours est toujours aussi super, très physique, on jardine sur les chemins de sangliers, entre blocs de pierre, racines et troncs moussus.Moult passages ludiques, techniques, parfois bien engagés où la tige de selle télescopique est mise à contribution. Très peu de chemins plats pour récupérer.
Vers le 50ème kilomètre les crampes commencent, mode je vide le CamelBak et je tire du braquet, mais pas facile avec ce mollet, périodes de bien, de pas bien. Que fais-je là…je vais arrêter ces courses longues…Puta#*1 encore 28km..
Après la bifurcation 60/80km les choses sérieuses commencent; on a l’impression de plus monter que descendre, mais on aura de longues et belles descentes dont certaines sur les pistes ENduro/DH locales. Tout passe, juste un refus sur une nouveauté vue trop tard.
Un clebs dans une descente dans la pente devant ma roue; je gueule « Bare-toi ! » Apeuré, il bouge plus, 2ème gueulante plus autoritaire « BARRE-TOIIII ! » ouf, ile se barre et je fais toute ma descente.
Panneau 10km; tant que ça…mais ça va devenir un peu moins dur, j’arrive même à rouler sur le moyen plateau et à tirer un peu plus de braquet, de toute façon j’y suis obligé, sinon la moulinette c’est crampe illico. Arggg, crampe. Plusieurs forte bosses que je monte d’habitude se feront en partie en poussant, sinon crampes.
Panneau 5km : Ahhhhh, le profil est ‘un peu’ plus cool, j’arrive à rouler plus vite et tirer plus de braquet, sans pouvoir revenir sur le gars à 100m devant moi. Je suis toujours fâché envers le ‘Chemin des moines’ et sa descente coincée entre deux murets, en particulier la marche + blocs qui sont un peu glissants today + un gars du BikeMaster trop près devant moi à ce moment là; pied, remontée.
On est revenu sur le tronçon commun 60/80km, quelques descentes sont ravagées par les passages, dommage ça passait 100% sur le VTT l’an dernier, là ça glisse trop et y a des ‘marcheurs’ devant, dont 90% de roulable. Allez, ça sent la fin, accélère, pour une fois on termine en descente, Yes, je vois l’étang, voici l’arche, ouf ! 7h22 (+1h que l’an dernier) je termine ma 6éme GMU 38ème, soit 2 places de mieux que l’an dernier, et pour la cerise sur le gâteau je monte sur la 1ère marche du Podium en ‘Master 3′ , cool. Les 2 autres Master3 n’étaient pas encore arrivés (ou abandons) lors de la remise des prix.
Mary m’attendait à l’arrivée, enveloppée dans une couverture de survie; j’ai eu peur , mais sa clé ne marchait plus (pile…). Elle a du se résigner à abandonner au km 35, son épaule la faisant trop souffrir, reste de sa chute dans une ornière de dimanche dernier.

 

Rincé le gars, ce lundi la reprise du taf était comateuse et je boitillais encore du mollet.

Encore un grand cru cette Granit’, beaucoup d’abandons cette année à cause de l’humidité et du parcours un poil plus dur : +3098m mais très plaisant.
Bravo a tous les bénévoles qui ont encore super bien bossés pour que perdure notre plaisir, aux amis Stef, Aure & Père, Paˋcal qui gèrent, tracent, dénichent, défrichent toutes ces perles,

 

 

FacebookTwitterGoogle+

Raid des 4 Forêts Frépillon – 07/06/2015

with 8 811 commentaires

DSCN96221/3 de l’effectif de Poissy VTT s’était donné rendez-vous en cette belle matinée de printemps à Frépillon pour le Raid des 4 Forêts.

Un parcours modifié par rapport aux années précédentes qui nous emmenait visiter le Vexin.

Tout le club a choisi de parcourir le grand circuit de 80kms et ses 1230m de dénivelé positif. Itinéraire relativement roulant, alternant traversées de champs et forets, Lionel remettra même le couvert en poursuivant sur le plus petit des circuits et finir avec une centaine de kms au compteur.

Les ravitaillements étaient copieux et l’accueil par le club de Frépillon sans faille.

 

 

FacebookTwitterGoogle+

4h d’Achères – 07/06/2015

with 6 923 commentaires

10467051_1096833103663426_3884851906679229924_oCe weekend se déroulait la 11ème édition des 4 heures d’Achères. La compétition était organisée par le club local sous la houlette de l’UFOLEP sur un circuit rapide et très sec.

51 équipages (en solo ou en double pour varier les plaisirs) composés de 92 athlètes se sont battus toute la matinée. Deux équipes de Poissy VTT étaient engagées.

Avec 17 tours au compteur, à 1 tour de l’équipage gagnant, Manu et Marco finissent à la 4 ème place dans leur catégorie (14 participants).

Yannis, qui concourrait pour occasion avec son cousin Paul membre de Poissy Triathlon, finit à la 5 ème place (sur 8) de la section « A » avec 12 tours. Les gagnants en en réalisé 13. Des problèmes mécaniques sont venu perturber sa course alors qu’il se trouvait dans la première partie du classement.

RESULTAT 2015

FacebookTwitterGoogle+

La Démons de Guéret – 31/05/2015

with 7 425 commentaires

10672396_10202916817160619_7055221487379172750_nCette randonnée Limousine, pour sa troisième édition, n’a pas a pâlir face à l’événement de référence local : la Granit Montana. Friands de ce type de terrain, les Lemaire (Jean-Marc aka Pedalator et Mary) n’ont pas hésité à faire le déplacement.

70kms sont annoncés pour le raid. Au final 73kms et 2400 mètres de dénivelé positif seront parcourus.

Dixit Jean-Marc :

Terrain et sec/poussiéreux (hormis les traversées de rus et remontées de ruisseaux) et le parcours très agréable mêlant ‘roulant’ vallonné , bosses velues, zones techniques tout niveau (débutant à Expert en pente très raide) avec bonus facile/technique, du cailloux blocs et un peu de racines, bonne ambiance et organisation sympa.
Une très bonne prépa pour la Granit’Montana.

Certainement plus de Poissy Boys au rendez-vous l’an prochain !

Site de l’organisation

Le compte rendu de Mary

Trace Strava de Jean-Marc

FacebookTwitterGoogle+
1 2 3