Granit Montana – 14/06/2015

with Pas de commentaire

11403389_955778371140939_7760279055407781233_nAlors que 5 Poissy Boys s’étaient donné rendez-vous à Issou pour une randonnée de 60kms (je ne m’étendrai pas dessus …), Jean-Marc et Mary sont partis fouler les terres limousines de la Granit Montana.

Voici le compte rendu complet, comme d’habitude, de Jean-Marc alias Pedalator :

 

Petit retour de notre week-end en Limousin, dans les Monts d’Ambazac, pour la traditionnelle Granit’Montana Ultime sur laquelle je me suis rendu avec Mary.
Suite aux accidents de Mary et les petits bobos en cours, nous n’avions pas prévu de faire cette année la GMU, donc pas effectué d’entraînements spécifiques pour l’affronter, en dehors d’avoir bouffé du D+ et un peu de kilomètres depuis le début d’année, et c’est moins de 15j avant que nous nous sommes inscrits.
La météo du w.e. ne s’annonçait pas très sèche dans le sud-ouest, tendance orageuse, mais finalement on aura évité le pire localement. Juste des averses vendredi – le terrain était alors sec – et un peu dans la nuit de Samedi, rendant le terrain souple; bon point pour certaines descentes où on retrouve du grip alors que ça dérape trop si trop sec, par contre beaucoup plus énergivore dans la tourbe humide et piégeux sur les racines en sous-bois.
Samedi soir, dîner à la bonne adresse habituelle avec le khs91’Team,Frederic Ischard se joint à nous avec 2 potes; je lui ai conseillé la chaumière gastro.
Le jour J, ciel gris et quelques passages de crachins épisodiques et sporadiques à peine ressentis sous l’épais couvert de feuillages sous lequel nous étions quasi tout-le temps. A l’arrière de la course certains ont ramassé quelques averses plus conséquentes, et une bonne pour les derniers arrivés vers 18h40 (10h de courses !)
Nouveau départ cette année à l’étang de Jonas, pour éviter les accidents dans la 1ère descente comme l’an dernier (il y a eu quand même des pinpons ce dimanche ; clavicule, côtes…)
Je suis partis cool, mais sans traîner, comme d’hab, me prenant tout de même trop au jeu de la course et surtout pour me retrouver rapidement aux avant-postes pour passer les non-aguerris-au-technique (3 très beaux vol planés devant moi cette année, sans dégât), en début de parcours les racines étaient encore un peu glissante, j’ai manqué par 2 fois de m’étaler. La succession de bosses et de passages parfois bien techniques, bonifié par l’humidité, va rapidement créer des écarts conséquents, à 30km je suis 33ème. Ensuite je vais me calmer un peu, puis me cogner la pédale dans le mollet; pas très fort, mais suffisant pour me pourrir la suite : impossible de me mettre debout normalement sur la pédale, je dois mettre le pied de travers et c’est pas vraiment top.
Le parcours est toujours aussi super, très physique, on jardine sur les chemins de sangliers, entre blocs de pierre, racines et troncs moussus.Moult passages ludiques, techniques, parfois bien engagés où la tige de selle télescopique est mise à contribution. Très peu de chemins plats pour récupérer.
Vers le 50ème kilomètre les crampes commencent, mode je vide le CamelBak et je tire du braquet, mais pas facile avec ce mollet, périodes de bien, de pas bien. Que fais-je là…je vais arrêter ces courses longues…Puta#*1 encore 28km..
Après la bifurcation 60/80km les choses sérieuses commencent; on a l’impression de plus monter que descendre, mais on aura de longues et belles descentes dont certaines sur les pistes ENduro/DH locales. Tout passe, juste un refus sur une nouveauté vue trop tard.
Un clebs dans une descente dans la pente devant ma roue; je gueule « Bare-toi ! » Apeuré, il bouge plus, 2ème gueulante plus autoritaire « BARRE-TOIIII ! » ouf, ile se barre et je fais toute ma descente.
Panneau 10km; tant que ça…mais ça va devenir un peu moins dur, j’arrive même à rouler sur le moyen plateau et à tirer un peu plus de braquet, de toute façon j’y suis obligé, sinon la moulinette c’est crampe illico. Arggg, crampe. Plusieurs forte bosses que je monte d’habitude se feront en partie en poussant, sinon crampes.
Panneau 5km : Ahhhhh, le profil est ‘un peu’ plus cool, j’arrive à rouler plus vite et tirer plus de braquet, sans pouvoir revenir sur le gars à 100m devant moi. Je suis toujours fâché envers le ‘Chemin des moines’ et sa descente coincée entre deux murets, en particulier la marche + blocs qui sont un peu glissants today + un gars du BikeMaster trop près devant moi à ce moment là; pied, remontée.
On est revenu sur le tronçon commun 60/80km, quelques descentes sont ravagées par les passages, dommage ça passait 100% sur le VTT l’an dernier, là ça glisse trop et y a des ‘marcheurs’ devant, dont 90% de roulable. Allez, ça sent la fin, accélère, pour une fois on termine en descente, Yes, je vois l’étang, voici l’arche, ouf ! 7h22 (+1h que l’an dernier) je termine ma 6éme GMU 38ème, soit 2 places de mieux que l’an dernier, et pour la cerise sur le gâteau je monte sur la 1ère marche du Podium en ‘Master 3′ , cool. Les 2 autres Master3 n’étaient pas encore arrivés (ou abandons) lors de la remise des prix.
Mary m’attendait à l’arrivée, enveloppée dans une couverture de survie; j’ai eu peur , mais sa clé ne marchait plus (pile…). Elle a du se résigner à abandonner au km 35, son épaule la faisant trop souffrir, reste de sa chute dans une ornière de dimanche dernier.

 

Rincé le gars, ce lundi la reprise du taf était comateuse et je boitillais encore du mollet.

Encore un grand cru cette Granit’, beaucoup d’abandons cette année à cause de l’humidité et du parcours un poil plus dur : +3098m mais très plaisant.
Bravo a tous les bénévoles qui ont encore super bien bossés pour que perdure notre plaisir, aux amis Stef, Aure & Père, Paˋcal qui gèrent, tracent, dénichent, défrichent toutes ces perles,

 

 

FacebookTwitterGoogle+